•  

     

     

    E pardon Spezed e oan bet  X4
    Ur plac'h yaouank am eus kavet
    La lala laleno la la laleno
    la lala lala lala la la

    Ur plac'h yaouank am eus   kavet X4
    'Barzh ar park vras hon eus kousket
    La lala laleno la la laleno la lala lala lala la la  X2

    Ur verol (naples) bras am eus tapet

    D'an ospital on bet kaset

    War an daol vras on bet lakaet

    Ha ma lost bras 'zo bet troc'het

    Dre ar prenestr eo bet stlapet

    Ur meil ki-bleiz 'zo tremenet

    Ha ma lost bras e-neus debret

    Hag ar c'hi-bleiz a zo marvet

          

    Au pardon de Spezet je suis allé (1)
    Une jeune fille j'ai rencontré (2)
     
     

     
    Dans un grand champ on s'est couché
     

    La grande vérole j'ai attrappé
     
    A l'hôpital on m'a mené

    Sur une grande table on m'a posé

    Et ma grande queue a été coupée (3)

    Par la fenêtre elle a été jetée

    Un gros chien-loup passait par là

    Et ma grande queue il a mangé

    Et le chien-loup (en) est mort

     Notes:

    (1) Le Breton privilégie la notion d'être présent (j'étais là - j'y étais) Le Français privilégie la notion de mouvement (je suis allé - je me suis déplacé). Un traduction mot-à-mot serait "je fus été"...

    (2) Ur plac'h yaouank = une fille jeune. E, breton, l'adjectif est toujours après le nom qu'il qualifie (quelques exceptions).
    Ainsi: Park vras = champ grand; verol bras = vérole grande; lost bras = queue grande, etc...

    (3) Les anglophones retrouvent ici la forme passive qui est très fréquente aussi en Breton.

     

    Pardon Spezet

     


    votre commentaire
  • PA DORNAÑ ED-DU ...

    Quand on bat le blé noir
     

    Ni a oa teir plac'h yaouank
    En oad da zimeziñ
    Ha ne ouiamp ket dansal
    Ha ni doemp da zeski

    Ha ne ouiemp ket dansal
    Ha ni doemp da zeski
    E-barzh gwaremm ar hinvi(kanab)
    Va vordig ar vale

    E-barzh gwaremm ar hinvi
    Va vordig ar vale
    Kentañ veljemp o erruet
    Hor mignon Jean-Mari

    Kentañ veljemp o erruet
    Hor mignon Jean-Mari
    Ha dostaat d'ar yaouankañ
    Da glask pokat dezhi

    Ha dostaat d'ar yaouankañ
    Da glask pokat dezhi
    Ha ni gomans da grial
    Oh! rao! da Jan-Mari

    Ha ni gomans da grial
    Oh! rao! da Jan-Mari
    Jan-Mari leun a resder
    A loskat anezhi

    Jan-Mari leun a resder
    A loskat anezhi
    Pa eo paket ar zilien
    Ret eo da zebriñ 'nei (anezhi)

    Pa eo paket ar zilien
    Ret eo da zebriñ 'nei (anezhi)
    Ar beren pa vez melen
    A zo poent da zebriñ 'nei (anezhi)

    Ar beren pa vez melen
    A zo poent da zebriñ 'nei (anezhi)
    Hag eur plac'hig triwerc'h vloaz
    'Zo an oad da zimeziñ

    Pelec'h e vez  komzet deus "dormañ ed-du" ???

     
     

    Nous étions trois jeunes filles
    En âge de nous marier
    Et nous ne savions pas danser
    Et nous vînmes pour apprendre

    Et nous ne savions pas danser
    Et nous vînmes pour apprendre
    Dans la garenne du chanvre
    Sur le bord du sentier

    //
    //
    Le premier que nous vîmes arriver
    fut notre ami Jean-Marie

    //
    //
    Il s'approcha de la plus jeune,
    Cherchant à l'embrasser

    //
    //
    Et nous commençâmes à crier
    Oh ! halte ' à Jean-Marie

    //
    //
    Jean-Marie, plein de rudesse
    La laissa

    //
    //
    Quand est prise l'anguille
    Il faut la manger...

    //
    //
    Quand la poire est jaune
    Il est temps de la manger

    //
    //
    Et une jeune fille de 18 ans
    Est en âge de se marier

     Où est-il fait mention de "blé-noir" ???

     LA TRADUCTION QUE VOUS ATTENDIEZ... AVEC IMPATIENCE !


    votre commentaire
  • DALC'HOMP !

    Tenons bon !

    Pa oan gwechall en arme

    Quand j'étais autrefois à l'armée,

    Paotred Pariz ouzh va selaoù

    Les gars de Paris qui nous entendaient

    A daole warnon gwall zelloù:

    Jetaient sur nous de mauvais regards

    " Ma talc'hes da gomz Brezhoneg,

    Si tu continues à parler Breton,

    Ni ya da c'hwriat dit da veg..."

    Nous allons te coudre le bec ...

     

    War an hent houarn 'm eus gwelet

    Sur le chemin de fer j'ai vu

    Bourc'hizien n'anavezen ket

    Des bourgeois que je ne connaissais pas

    O kounnari hag o laret:

    Qui se mettaient en colère et me disaient:

    "- Ma talc'hes da gomz Brezhoneg,

    Si tu continues ...

    Ni ya da c'hwriat dit da veg..."

     

    Bemdez pa 'z an da labourat

    Chaque jour, quand je vais travailler,

    Em gwazied e verv ar gwad

    Dans mes veines bout mon sang

    Pa lar ar gall 'vit va goapaat:

    Quand les Français disent en se moquant de moi

    " Ma talc'hes da gomz Brezhoneg,

    Si tu continues ...

    Ni ya da c'hwriat dit da veg..."

     

    Tevit gant ho trouz Gallaoued

    Cessez avec votre bruit, Français

    Piv a zo kreñv a-warlc'h er bed

    Qui est assez fort en ca monde

    Da stankañ beg ar Vretoned:

    Pour fermer la bouche des Bretons ?

    "- Tankerru! tre ma tigoro

    Fichtre ! tant qu'elle s'ouvrira

    Brezhonneg mat a zivizo"

    En bon Breton elle parlera

     

    Hiziv warc'hoaz evel gwec'hall

    Aujourd'hui, demain comme autrefois

    Ni zalc'ho start daoust d'an dud fall

    Nous tiendrons bon malgré les mauvaises gens

    Biken Breiz-Izel ne vo Gall:

    Jamais la Basse Bretagne ne sera francisée

    Tre ma yudo ar mor wardro

    Tant que grondera la mer alentour,

    Lavar Arvor ni her miro.

    Le Parler d'Armorique nous conserverons.

     

    An Diaoul biskoaz n'en deus gellet

    Le Diable jamais n'a pu

    Deskin yezh kozh ar Vretoned

    Apprendre la vieille langue des Bretons !

     

    Kalz re bounner eo e spered!

    Trop lourd est son esprit !

    Aezoc'h  aze vo d'eomp herzel

    Il nous sera plus facile de nous prémunir (en parlant Breton)

    Ouzh ar skilfoù hag e gerniel

    De ses griffes et de ses cornes.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique